mardi 27 avril 2010

D'une rue à l'autre


En plein trafic, changement de roue !

Place Ramsès de nuit (nous habitons au fond à gauche, après la mosquée)

Dans le tram...

Jus d'orange maison, un régal !

Vendeur de karkadé

Kermesse, suite et fin

video
Pour continuer avec la kermesse du collège, voici donc une vue d'ensemble du terrain. Vous constaterez par vous-mêmes que ça n'a pas tout-à-fait le même style qu'à Lassay !
Bonne kermesse visuelle et sonore !

vendredi 23 avril 2010

video
Le bruit... Tout un monde ! Voici les bruits de notre rue, en circulation "normale" (nous avons à deux ou trois moments de la journée, un trafic intense, ce qui n'est pas le cas sur la vidéo). Prenez le temps d'écouter, d'observer les règles de la circulation (notre rue est à sens unique), et n'oubliez pas de jeter un oeil aux piétons qui traversent la rue (tranquille à cette heure...). Un petit bout de notre quotidien...

video
Et puis d'autres bruits... La kermesse du collège... Un stand tenu par les élèves d'Olivier, des grands secondes, très heureux d'être ensemble !
Vous aurez droit à d'autres bruits très bientôt !

Bienvenue Yaël !

C'est avec beaucoup d'émotion que nous avons appris la naissance de notre neveu... Etre loin, dans ces moments-là, ce n'est pas si simple !
Voici une petite vidéo familiale pour souhaiter la bienvenue au nouveau cousin, Yaël, né lundi dernier chez Laëtitia et Thomas.
Ce petit film se veut très spontané : excusez les quelques erreurs langagières qui s'y sont glissées ! video
C'est ici aussi l'occasion de saluer les nouveaux venus depuis cet été, ces petits bouts que nous ne rencontrerons que quand ils marcheront ! Nous embrassons donc Arthur, Mathilde, Armance, Naël, Raphaël, Solveig, Margot...

Les leçons de Benjamin, CP

Les leçons de Sarah, moyenne section (écrire en lettres cursives)

"Pas de problème !"

Sarah et Youssef (qui est dans la même classe que Benjamin)

Mioura (malgache) et Adèle



Le Caire, vu du 12ème étage...

Anniversaire de Côme, 4 ans

Claire et Jean-Roch, la maman et le papa de Côme, profs d'espagnol et de français en 2nde au Collège de la Sainte Famille

Puis quelques photos des 36 ans d'Olivier... Un papa heureux !




samedi 10 avril 2010

Lectures

J'ai lu... Enfin, j'ai pris le temps de lire et de relire !
Voici donc mes trois coups de coeur :

1er livre : Poils de Cairote, de Paul Fournel
Je l'avais déjà lu en France, mais ici, il a une toute autre saveur... Paul Fournel, envoyé comme attaché culturel français au Caire, décrit son quotidien dans des mails qu'il envoie à ses amis. Il porte un regard occidental et plein d'humour (parfois caustique) sur cette ville.
Extraits :
... qui révoltent :
"Un enfant s'approche de ma voiture et me demande un dollar... Il me donne un regard pathétique de circonstance et me tend une petite main sale. Un des quatre gendarmes qui règlent la circulation s'approche en catimini et lui assène un grand coup de son bâton blanc et rouge sur le crâne. Le gamin se croise les bras sur le crâne et détale en hurlant. Le gendarme rigole. Il retourne à son carrefour, m'adresse un grand clin d'oeil et un salut de bâton. Ensemble, luttons contre la pauvreté."
... qui (me) rassurent (y a pas que moi !) :
"La ville me donne des coups de pompe terribles. Je m'arrête parfois au milieu de la rue et je ferme les yeux (pas trop longtemps parce que sinon, je suis un homme mort). Ce que je vois, ce que j'entends, ce que je respire m'épuise. Je suis envahi. Les vertiges se combinent : la pollution qui serre le coeur, le vent de sable qui fait pleurer, le bruit, la foule, les odeurs, le soleil qui m'attrape aux épaules".
... qui font rire :
"Les Egyptiens sont gentils. Heureusement.(...) L'autre matin que j'étais, une fois de plus, égaré, j'avise deux gaillards sur le trottoir et leur demande mon chemin. Spontanément, ils m'indiquent deux directions diamétralement opposées. Je rigole et leur demande gentiment, de bien vouloir se mettre d'accord. Chacun, pour ne pas fâcher son voisin, change radicalement d'avis et me montre le chemin de l'autre. Je ris à nouveau et ils rient avec moi. Un troisième vient les départager. Il choisit formellement un des deux chemins et m'explique que l'autre est très bien aussi, mais qu'il ne va pas au même endroit. Dans mille ans, quand il y aura des panneaux indicateurs dans les rues de la ville, ils auront deux flèches".

2ème livre : Taxi, de Khaled Al Khamissi.
L'auteur est égyptien, né au Caire. Il y écrit 58 conversations avec des chauffeurs de taxi cairote.
Tableau fascinant, regard local, unique.
Extraits :
... l'éducation
"La question de l'enseignement et des cours particuliers est la priorité absolue des Egyptiens. Rien n'est aussi important, à part la course au pain quotidien.(...) Tel est le cycle de la vie, chaque Egyptien court derrière son pain quotidien, pour ensuite le donner aux professeurs particuliers... Les cours particuliers sont comme les marques : on peut en trouver à tous les prix, pour toutes les classes de la société.(...) Ce jour-là, le chauffeur a démarré au quart de tour :
- Moi, mes enfants vont me tuer. Mon fils Albert est en CM2. Franchement, il ne sait pas écrire son nom et, tous les ans, ils le font tricher et le font passer dans la classe supérieure. (...) C'est ça, monsieur, l'enseignement gratuit. C'est honteux. Aujourd'hui, si tu ne paies pas, tu n'as rien"
... la pollution
"J'étais devant l'école de mes enfants. La rue était encombrée. De nombreux bus publics me crachaient des tonnes de fumée au visage. Le niveau de pollution qui m'entourait était tel que j'étais sur le point d'étouffer et je me demander quel effet avait mon Caire chéri sur les poumons de mes enfants. Un taxi s'est approché (...) Le chauffeur était en train de fumer une cigarette et me crachait sa fumée au visage..."
... portraits pris sur le vif
"Mon Dieu ! Quel âge pouvait avoir ce chauffeur de taxi ? Et quel âge pouvait avoir sa voiture ? Je n'en croyais pas mes yeux quand je me suis assis à côté de lui. Il y avait autant de rides sur son visage que d'étoiles dans le ciel..."
"Les pyramides de Guizeh sont les uniques vestiges encore présents sur la terre parmi les Sept Merveilles du Monde. Symboles de la magnificence et de la perfection. Fouad, à la taille impressionnante et à la silhouette plus mince qu'une canne à sucre, est l'une des Sept Merveilles du monde des chauffeurs de taxi."
..: petite phrase à méditer
"Même la fourmi noire sur un rocher noir dans une nuit ténébreuse reçoit sa part de bonté divine"

3ème essai : "Presque à domicile" d'un auteur inconnu du grand public (mon mari !!!)
Né en Côte d'Ivoire, il a grandi en France et vit aujourd'hui au Caire avec sa sainte famille. Voici le premier texte "livraison à domicile" :
" Un homme gare son vélo contre une voiture au milieu de la rue. Il vérifie l'équilibre de son chargement avec ses deux mains. En effet, il transporte des piles de journaux qui défient la gravité. Puis l'homme enroule un journal, bien serré, et le ficelle avec un plastique. D'un pas très nonchalant, l'homme, la bonne cinquantaine, se déplace vers l'immeuble près de notre taxi. D'un mouvement expérimenté, sec et rapide, il balance un journal au premier étage, puis un autre sur le balcon du deuxième étage. Il revient vers son vélo, comme s'il était tout seul dans la rue, rajuste son paquet branlant, et part... Au suivant ! Il s'en va vers d'autres immeubles qui attendent leur nourriture du matin."

jeudi 1 avril 2010

Ce n'est pas un poisson d'avril !

On le savait depuis longtemps : la sécurité des transports en commun n'est pas celle que nous connaissions en France...
Petite anecdote du jour (avec une belle frayeur quand même) :
Comme chaque semaine, nous allons à la bibliothèque du centre français.
Comme chaque semaine, nous prenons le métro.
Nous descendons dans la rame. Nous achetons 3 tickets pour 3 livres égyptiennes. Nous passons les tourniquets (par 2 ou 3 : ça passe !). Et nous attendons le métro.
Le métro arrive. Les portes s'ouvrent. C'est encore bondé. Une fois que la majorité des gens en sont sortis, il faut pousser un peu pour pouvoir rentrer.
Pour une fois, Sandra prend Romane par la main (d'habitude, mademoiselle fait toute seule, mais là, il y a quand même foule). Et en montant dans le wagon, Romane manque la marche et tombe ... dans l'espace entre le quai et le métro !!!!!!! Heureusement, la maman lui tenant la main, ça a évité à Romane de tomber complètement sous le métro... Plus de peur que de mal ! Mais au bout du compte, Romane y a quand même laissé une chaussure (sous le métro) ! Nous sommes donc ressortis du wagon, avons attendu qu'il s'en aille, avons appelé un policier qui a récupéré la chaussure dorée de mademoiselle !!!!
Tout est bien qui finit bien...